Vous êtes ici :

Le département des cuivres

La trompette

TrompetteVoir l'image en grandPrenant ses racines dès l’Antiquité, la trompette a constamment évolué dans ses répertoires et sa facture. Depuis l'époque romaine jusqu'à nos jours, à travers le monde et les peuples, elle a traversé les âges en accompagnant les grandes cérémonies religieuses ou militaires. 

L’invention du piston en 1815 lui permettra d’élargir son répertoire à tous les styles : classique, variété, jazz, musique de films. De par sa sonorité, elle se distingue par l'éclat de son timbre. On retrouve la trompette comme instrument soliste, en ensemble, orchestre, musique de chambre... Contrairement à l’idée reçue, la trompette est abordable par tous, et réclament de bonnes bases respiratoires et un travail régulier.

→ Enseignant : Patrice Koludzki

Le trombone

TrombonneVoir l'image en grandComme pour les autres cuivres, c’est la vibration des lèvres dans l’embouchure qui fabrique le son. Celui-ci est ensuite amplifié par l’instrument grâce à son pavillon. La coulisse permet d’allonger plus ou moins le chemin parcouru par la vibration et donc de changer la hauteur du son (grave ou aigu). Son registre est plus grave que celui d'une trompette. Sa forme allongée courbée comme un S et surtout sa section de tube cylindrique lui donne un son brillant. Il est utilisé dans de nombreux genres musicaux, de la musique classique au jazz, en passant par la salsa, le ska, le funk ou la musique militaire. Il est présent dans de nombreuses formations : orchestres symphoniques, orchestres d'harmonie, fanfares, big bands, brass bands, etc.

→ Enseignant : Olivier Renault

Le tuba

TubaVoir l'image en grandLe tuba est le plus grave des instruments de la famille des cuivres, toutefois, selon le type d'instrument - tuba basse, saxhorn ou euphonium - sa tessiture varie. Comme pour les autres cuivres, c’est la vibration des lèvres dans l’embouchure qui fabrique le son. Celui-ci est ensuite amplifié par l’instrument grâce à son pavillon. Les pistons permettent d’ouvrir ou de fermer des tuyaux, ce qui allonge plus ou moins le chemin parcouru par la vibration et donc change la hauteur du son (grave-aigu).

Le tuba est présent dans l'orchestre symphonique et l'orchestre d'harmonie auxquels il amène la profondeur de ses basses. Toutefois des œuvres originales lui sont aussi dédiées.

→ Enseignant : Luc Renault

Le cor

CorVoir l'image en grandLe cor d'harmonie est la version moderne du cor à pistons inventé au XIXe siècle sur la base du cor naturel. Il est caractérisé par son embouchure, sa perce (tuyau) conique qui lui confère un son doux et riche en harmoniques, son large pavillon et un ensemble de pistons permettant à l'exécutant de modifier instantanément la longueur, et donc l'accord, de l'instrument. Le cor d'harmonie est présent dans les orchestres symphoniques, de nombreux ensembles de musique de chambre et dans les orchestres d'harmonie. Il est par ailleurs souvent sollicité dans les musiques de films, pour les dessins animés et les bruitages. Il est plus rarement utilisé dans le jazz.

→ Enseignant : Jean-Marie Weiss

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris